Grafton Architects : l’architecture universitaire entre fonctionnalité et humanisme

Fondée en 1978 par le duo d’architectes irlandaises Shelley Mc Namara et Yvonne Farrell, l’agence Grafton Architects mène depuis le début des années 2000 des projets d’envergure en milieu universitaire, alliant la tradition brutaliste à une approche contextuelle de la conception architecturale. À travers des projets aussi divers que l’Université Bocconi de Milan, l’Université d’ingénierie et de technologie de Lima ou encore le l’Institut Mines-Télécom de Paris-Saclay, l’intégration des établissements d’enseignement à la ville s’inscrit au coeur du travail de l’agence, accompagnée d’une réflexion rigoureuse sur le rôle que jouent ces institutions au sein du paysage urbain.

1. Université Bocconi, Milan. Bâtiment Grafton. Grafton Architects. Le bâtiment Grafton de l’Université Bocconi de Milan est peut-être l’illustration la plus exemplaire de cette approche. Chargé de l’aménagement du nouveau bâtiment de l’institution Milanaise en 2008, le duo d’architectes a travaillé afin de questionner la perception de cet établissement d’enseignement, autrefois symbole d’un modèle éducatif conservateur et élitiste : « notre foi dans le rôle que joue l’éducation au sein d’une ville nous a amené à concevoir le nouveau bâtiment de l’Université en tant que lieu d’échange, un lieu qui a une responsabilité importante, du point de vue urbain et social. Notre projet visait à ouvrir l’Université à la ville et donc à proposer une nouvelle relation entre ces deux entités ». En 2011, les architectes remportent le concours lancé par l’Université d’ingénierie et de technologie de Lima pour la conception de son nouveau campus, situé dans le quartier Barranco de la ville. Dans le cadre de ce projet, les architectes ont travaillé afin de mettre en valeur la position géographique toute particulière du campus, perché sur une colline surplombant l’Océan Pacifique. Se développant verticalement, l’architecture de l’UTEC défie les solutions horizontales traditionnellement associés aux lieux d’enseignement, tout en évoquant la morphologie de la côte liménienne, parsemée de falaises. Conçu comme une « colline artificielle », le campus s'intègre parfaitement à l’environnement l’entourant : les espaces intérieurs, alternant les pleins et les vides, ont été pensés à l’image des fentes et des grottes qui jalonnent le littoral, tandis que l’externalisation des espaces de circulation vise à valoriser le climat particulièrement favorable de la ville.

2. UTEC - Université d’ingénierie et de technologie de Lima. Grafton Architects. Lauréat de l’édition 2016 du RIBA international prize, décerné par le Royal Institute of British Architects le projet de l’UTEC visait à consolider le lien entre la côte et la ville, un aspect fondamental de la démarche de Shelley Mc Namara et Yvonne Farrell, pour lesquelles le rôle des établissements d’enseignement est avant tout de favoriser la circulation des personnes et des idées, tant à l’intérieur des campus qu’à travers les villes au sein desquelles ils se situent. En 2013, lorsque le duo remporte le concours lancé par l’Institut Mines-Télécom pour la conception de son campus à Paris-Saclay, cette problématique s’avère d’autant plus importante que le projet s’inscrit dans le cadre d’un site en cours d’urbanisation. Destiné à accueillir les plus prestigieuses grandes écoles de France, le cluster Paris-Saclay vise à regrouper les principaux organismes de recherche nationaux et à favoriser, par là, les échanges transversaux entre les différents pôles scientifiques et technologiques qu’il accueille.

3. Institut Mines-Télécom, Paris-Saclay. Grafton Architects. Implanté au sein de cette agglomération, l’Institut Mines-Télécom a été conçu afin de valoriser chaque espace en tant que lieu de socialisation. Inspiré par la tradition architecturale du monde anglophone (Oxford et Cambridge, mais également Harvard), le projet reprend le plan quadrangulaire de ces institutions : les blocs du bâtiment s’articulent autour d’une série de cours intérieures, six espaces verts et aérés qui contrebalancent la densité architecturale de l’ensemble. À l’intérieur, chaque espace remplit, en plus de sa fonction primaire, une fonction sociale : des escaliers, valorisés en tant que « lieux » de rencontres fortuites, jusqu’à la bibliothèque, espace d’apprentissage mais également d’échange. Soucieux de l’humain, chaque projet de Grafton Architects reflète également le paysage urbain au sein duquel il est implanté. À Toulouse, leur projet pour la Toulouse School of Economics, entièrement réalisé en brique, célèbre l’histoire ancienne de la ville et son architecture, tandis qu’à Limerick, en Irlande, l’emploi de la pierre calcaire pour la construction de la nouvelle école médicale de l’Université de la ville renvoie aux paysages de la Comté de Clare dans laquelle est située l’institution. Le respect et la valorisation du paysage naturel, l’ouverture à la ville et à sa population, ainsi que la célébration de la vie collective sont autant de valeurs qui animent le travail de Shelley Mc Namara et Yvonne Farrell et que l’architecture universitaire se doit d’incarner. Virna Gvero